3 bonnes raisons de dire oui au sexe oral

le sexe oral n’a pas son pareil pour vivre une intimité authentique

Quand les couples, et les célibataires abordent ce sujet, les choses sont souvent bien contrastées. Certains pensent que le sexe oral est une chose dégoûtante. Pour eux, il est hors de question d’y venir un jour, d’y penser, même. Et pour les autres, c’est une évidence dont ils ne sont pas du tout prêts à s’en passer. C’est une des approches de la vie sexuelle qui donne du ‘goût’ à leur relation. 

3 bonnes raisons de dire oui au sexe oral sans hésitation

Alors, une fois n’est pas coutume, je prendrai position (c’est le cas de le dire) pour encourager au sexe oral. Toutefois, je vais devoir me retenir pour ne pas être long. Je vais donc me limiter à 3 bonnes raisons de dire oui au sexe oral. Libre à vous d’en ajouter à la liste car, en effet, elle peut facilement s’allonger. 

Comment expliquer la gène face au sexe oral ? 

Bien entendu, je respecte les couples réfractèrent à ma position sur le sujet. Je ne fait pas ce podcast pour vous faire changer d’avis. Même si vous restez fidèle à votre avis de départ, vous comprendrez ce que les couples qui le vivent expérimentent et aiment dans cette manière de faire l’amour.

Cela dit, la gène est généralement enracinée dans des couches traditionnelles, dans des images mentales innées ou acquises. Sans m’arrêter sur le sujet des jeunes filles ou jeunes garçons qui ont été abusé(e)s, forcé(e)s à le faire contre leur gré (plus généralement par des hommes), il va de soi que la pratique du sexe oral soit inenvisageable.

Elle ne pourrait se réinviter qu’à l’issue d’un véritable travail sur soi aboutissant à une résilience. Si vous êtes concerné(e)s par une expérience marquante de cet ordre-là, je vous souhaite de trouver le chemin d’un thérapeute qui vous accompagnera dans ce domaine.  

Si vous n’êtes pas concerné(e) par des abus, comment expliquez-vous cette gène ? A vrai dire, ne cherchez pas. Une des règles de la vie à deux, que je répète inlassablement, est de ne rien imposer et de ne rien s’imposer qui soit contraire à ses valeurs. C’est la moindre des choses que de se respecter comme de respecter son partenaire. 

N’insistez pas

Si vous êtes favorable au sexe oral et que vous percevez le malaise en face de vous, n’insistez pas. Néanmoins, ne confondez pas « ne pas insister » et « ne pas en parler ». Le fait de mettre des mots sur une peur, un dégoût, une gène ou une autre émotion en relation avec une expérience, peut être aidant. Notez bien que, dans ce cas, l’aide est tout autant bénéfique pour celui qui propose et se voit essuyer un refus que pour la personne qui refuse.

Ne pensez donc pas que le problème se situe dans un camp seulement. Il devient réalité du couple, donc, « problème » du couple. Et bien que j’y sois favorable, je ne pourrai jamais affirmer que ceux qui s’y opposent ont un problème. Ne tombez donc pas dans ce risque-là, vous non plus. 

Ce qui compte le plus, c’est de faire l’amour, pas d’avoir raison sur la manière de le faire

Cela peut paraître étrange d’avoir besoin de le dire mais, l’objectif n’est pas le sexe oral mais bel et bien de faire l’amour. Je dirais même, de s’aimer. En allant un peu plus loin, j’ajouterai que l’objectif est de montrer à l’autre qu’on l’aime. En redisant cette simple idée, vous percevez la cohérence de ne rien imposer à l’autre.

Ce serait une manière de s’opposer au sens même de l’amour. Imposer n’est pas aimer, jamais. Manipuler non plus, d’ailleurs. C’est bien pour cela que j’évoquais le but de l’échange qui n’est pas de convaincre mais d’exposer, de s’exposer (définition : se montrer tel que l’on est), de se faire connaître (définition : naître avec l’autre). C’est donc un moyen de renforcer le couple. 

En gardant à l’esprit que ce qui compte le plus est de faire l’amour, vous pourrez entrer plus facilement dans un lâcher-prise. Le sexe oral est donc un moyen parmi des dizaines. Optez pour d’autres voies est donc facile. Vous avez l’embarras du choix. Mais alors, pourquoi prendre le temps de s’arrêter et, plus encore, d’encourager le sexe oral ? 

Pourquoi 3 bonnes raisons de dire oui au sexe oral ? 

Parce qu’il est une approche particulière toute tournée autour de la bouche et de la langue, permettant de centrer son attention sur son partenaire avec une sensibilité accrue. En effet, bien que des caresses soient distribuées ça et là, partageant la distribution du plaisir et du désir, le fait d’utiliser la langue appelle à une perception encore plus fine qu’avec un doigts ou tout autre objet. Nous savons combien nos doigts sont innervés.

La mains accueille 3000 terminaisons nerveuses. Pour reconnaître un matériaux, il ne suffit pas de le toucher du bout du doigt. Il faut bouger le doigt pour qu’il s’imprègne de l’information envoyée au cerveau (source : pour la science.fr). La langue, quant à elle, n’a besoin que du contact pour se saisir d’informations. Sa texture de muqueuse lui octroie une sensibilité encore plus fine. La langue est équipée de quelques 10 000 papilles gustatives qui renferment les bourgeons du goût (Source : la-langue.e-monsieur.com). 

Tant sa sensibilité que sa texture de muqueuse lui confère bien plus de douceurs et de sensibilité qu’un doigt ou autre objet placé au contact d’un clitoris ou d’un gland ! Après cette mise en bouche anatomique, je vais vous donner les 3 bonnes raisons de dire oui au sexe oral.

1. Se décentrer pour mieux focaliser

Opter pour cette manière de faire l’amour est une école. Elle consiste à apprendre de soi comme de l’autre. La première fois que le sujet a été évoqué, j’ai été mal à l’aise. Je me demandais pourquoi ma femme me proposait cela. C’était étrange, pour moi, de percevoir le caractère récalcitrant de mon mental alors que je n’avais jamais vécu l’expérience. 

Combien de fois fonctionnons-nous comme cela ? La simple évocation d’une chose non expérimentée peut provoquer en nous des réticences puissantes. Systématiquement, j’encourage à creuser la question. C’est d’autant plus aisé quand le mental prend conscience de l’irrationalité de la chose. C’est comme si je vous proposais de manger des asticots frits ! La plupart d’entre vous avez eux un geste de dégoût, en lisant ma proposition.

Manger des asticots fris

Personnellement, je ne prendrai pas de temps pour m’interroger sur une expérience aussi peu significative mais quand il est question de relation, les choses changent considérablement. En gardant l’exemple des asticots frits, s’il s’agissait du plat préféré de ma femme, doucereusement cuisiné dans la tradition de sa famille, je serais contraint de reconsidérer ma position. Pourquoi ? Parce qu’il y aurait là un enjeu relationnel. Pour ma part, c’est ce qui devrait constituer la base d’une remise en question personnelle. 

Ceci étant, un des atouts du sexe oral est de favoriser la centration sur l’autre et, par conséquent, la dé-centration de soi. Bien entendu, je souhaite que vous ayez du plaisir à en procurer mais selon les positions physiques choisies pour le pratiquer, il est possible que l’acte de procuration du plaisir n’aille que dans un sens. En accueillant les 3 bonnes raisons de dire oui au sexe oral, vous vivrez une expérience de cet ordre là. Et, comme je l’ai laissé entendre, il m’est arrivé de sentir une jouissance profonde soudaine parce que ma femme approchait de l’orgasme. Elle ne me caressait pas. L’excitation venait du plaisir que je sentais monter en elle.

Se centrer sur l’autre donne à la relation sexuelle une forme de don particulier. C’est exactement sur cela que je vous invite à focaliser. Vivre une relation sexuelle dans laquelle faire l’amour devient un don sans que rien ne soit demandé en retour, ni même attendu. 

2. Mieux sentir les finesses du plaisir à donner

Qu’il s’agisse d’un cunnilingus ou d’une fellation, la langue et la bouche jouent un rôle particulier. Les configurations anatomiques, autant sur la texture que sur les sensibilités nerveuses évoquées au début de cet article, sont des atouts.

Dans le cunnilingus, il est bien souvent plus facile de sentir le clitoris de sa partenaire. Il devient très vite beaucoup plus facile de viser juste du premier coup, sentant l’érection du clitoris sur le bout de la langue.

De plus, l’utilisation de la bouche permet de solliciter le clitoris tout en caressant, en même temps, les lèvres voisines avec les lèvres de la bouche, par intermittence. Il est possible de fluctuer du clitoris vers le vagin en procurant un toucher de muqueuse à muqueuse des plus doux. Il n’existe pas d’ongle accrocheur et blessant avec la bouche. Ceci n’est pas forcément valable pour une fellation, même si, normalement, la main est située bien en deçà de la zone érogène proche du gland.

Les jeux de rotation, de haut et bas, les nuances de tensions de la langues, la prise en bouche plus ou moins profonde et autres manières de faire, offrent plus de choix qu’un doigt, indéniablement. 

3. Vivre une approche des plus intimes, grâce au sexe oral

Passons à la dernière des 3 bonnes raisons de dire oui au sexe oral. L’intimité a ses frontières que chacun définit. Cela dit, quand il question de son entre-jambe, tout le monde estime qu’il s’agit d’intimité. C’est exactement la même chose avec la bouche. Avez-vous tendance à laisser n’importe qui toucher à votre bouche ou à votre langue ? Cette zone est donc bien un endroit intime. Je me souviens d’une discussion avec une prostituée qui disait ne pas embrasser, exactement comme Vivian Ward (incarnée par Julias Roberts dans « Pretty woman ».

La bouche touche à votre intime. Belinda Cannone, rédactrice du magazine Psychologies, explique le refus des prostituées d’embrasser en disant que « la réponse se trouve dans l’extrême parenté du baiser amoureux avec le désir. Comme celui-ci, le geste d’embrasser répond à une impulsion profonde qui ne se commande pas. C’est sans doute pourquoi la prostituée le réserve à celui qu’elle choisit vraiment. Elle peut vendre son corps, qui est chose matérielle, tandis qu’elle ne peut céder ce qui est immatériel, ce mouvement intime et ingouvernable vers autrui, qui ne peut faire l’objet d’aucune transaction marchande. ». 

Accepter d’offrir sa bouche à l’autre en touchant son intimité par un baiser est une rencontre particulière qui fait basculer du plaisir au désir. Le plaisir peut être solitaire alors que le désir se porte sur un autre, sur une autre. Utiliser sa bouche, sa langue pour procurer du plaisir à l’autre provoquerait peut-être une priorité vers la notion de désir sur celle du plaisir. Notons que l’un conduit à l’autre et nourrit l’autre. C’est loin d’être systématiquement réciproque ! 

Il y a donc un seuil d’intimité dans l’utilisation de la bouche et de langue qui renforce la notion de désir, d’abandon, de don, d’attachement plus fort.

C’est ce que souligne les scientifiques britanniques de l’Université d’Oxford – Raphael Wlodarski et Robin Dunbarpar. Ils avancent que « les femmes, quand elles embrassent, veulent créer un lien, à la différence des hommes qui veulent arriver à leurs fins ! La femme perçoit le baiser comme un examen de passage, un prélude qui les conduira, elle et celui qu’elle embrasse, à une relation sexuelle. L’homme, lui, s’en sert plutôt comme “moyen” pour arriver à ses fins : l’acte sexuel.» 

Il est donc bien question d’un déshabillage de soi, d’un dépouillement, d’une offrande du plus profond de sa propre perception de l’intimité. Plus encore que dans une relation sexuelle ordinaire. 

Il y a du pain sur la planche

Je déplore cette différence faites entre les hommes et les femmes. Cela dit, elle ne demeure vraie que si l’homme (du sexe masculin) n’envisage pas d’apprendre à utiliser sa bouche pour se donner. Car, caricaturalement, avec cette étude, on pourrait affirmer que les femmes embrassent pour tester et se donner alors que les hommes embrassent pour recevoir et prendre

Qu’au moins quand vous le choisirez, messieurs, vous utilisiez votre bouche pour donner ! Je le dis avec un peu d’humour mais vous sentez combien le sujet est important car, dans le sexe oral, madame sentira peut-être la différence d’application quand la volonté sera de prendre ou de donner. Je pourrais même parler de servir ou de se servir ! 

Allez, gageons qu’il est possible pour nous, les hommes, dont je fais partie, de regarder notre conjoint avec une volonté de donner, de servir, d’offrir, de procurer, en enlevant tout pronom réfléchis de nos démarches. 

Alors, nos bouches deviendront des sources de désir, désireuses de nourrir du désir et de procurer du plaisir. Humm, je me régale de vous imaginer prendre cette direction (si vous ne l’aviez pas encore empruntée) ! Vous comprenez, maintenant, pourquoi ces 3 bonnes raisons de dire oui au sexe oral ? J’en suis certain.


Ressources supplémentaires sur les raisons de vivre le sexe oral : 

Parce que le sexe oral ne se pratique pas n’importe comment, je vous donne des liens ressources qui vous éclaireront. Même si plusieurs d’entre eux enfoncent des portes ouvertes, mieux les rappeler de manière à ne pas vous retrouve rien difficulté en relation avec un « je ne savais pas ». 

Je les résume ici mais approfondissez ces points en suivant les liens : 

1. Santé magazine :

« Tout sur les pratiques sexuelles buccales » propose un lien vers le kamasutra oral qui peut être intéressant. En rappelant juste qu’il ne s’agit pas de performance sexuelle mais bien d’harmonie conjugale vécue, aussi, dans la sexualité. Cet article présente également quelques risques sur le sexe oral. 

Ce même magazine en ligne propose une article intitulé « La recette pour un bon cunnilingus ». Le titre n’est pas très bien choisi, selon moi, parce qu’on est loin d’une popote conjugale. Le cunnilingus est une belle manière de vivre l’amour à deux. Cela dit, le contenu est plutôt bien vu. Il présente : 

  • Les règles d’or du cunnilingus
  • L’intérêt de faire durer le suspends
  • Comment mettre l’accent sur la délicatesse
  • Conseils de femmes pour réaliser un cunnilingus
  • Des conseils de pros pour pimenter la recette

Enfin, il y a un supplément pour aider à expérimenter des positions pour le sexe oral. Sympa pour trouver la/les voies les plus satisfaisantes. Evidemment, vous y trouverez aussi des liens vers le « 69 », la position de la masturbation réciproque, une autre manière de vivre le sexe oral.

2. La magazine Doctissimo

Ce magazine a choisi de publier un panorama du sexe oral.  Ce dernier est présenté également en videos présenté par Alain Héril, psychanalyste et sexothérapeute. Il donne des explications et des illustrations historiques intéressantes sur le sujet. Sachant que 80% des femmes françaises aiment le cunnilingus, il note que les 20% restant ne l’aimeraient pas parce que leur partenaire ne sait pas s’y prendre ou qu’elle aient une phobie en relation avec la crainte d’être mangée. 

3. Femme actuelle

Il a publié, il y a deux ans, une article intitulé « Tout ce qu’il faut savoir sue le sexe oral ». Ils évoquent, notamment, quelques précautions à prendre en mettant les MST en tête de risques. 

4. Quant à Top santé

L’auteur de l’article devient plus inquiétant en évoquant les cancers de la gorge et de la bouche liés aux rapports sexuels bucco-génitaux sont plus fréquents chez les hommes que les femmes, selon une étude américaine. Cette infection serait liée à un papillomavirus (HPV). Le risque serait croissant à mesure que le nombre de partenaires augmente. Conclusion, limitez le nombre de partenaire à un pourrait rendre le risque minimissime ! 

Cela dit, démina en remet une couche en titrant « Quand le sexe oral rend malade ». L’article vise différentes sources de contaminations possibles : 

  • Salive
  • Muqueuse
  • Mal de gorge
  • Herpes
  • Papillomavirus
  • etc. 

On ne peut pas leur donner tord. Mais pourquoi autant d’article mettant en alerte contre cette pratique au risque de la santé ? Ne serait-il pas risqué de faire l’amour sans sexe oral ? Les risques sont les mêmes en de nombreux points. Je ne peux m’empêcher de corréler cette plus de mise en garde comme une manière de tenter de chercher à nier une gène. Tiens, tiens, cela me rappelle le tout début de cet article ! A vrai dire, c’est peut-être sans lien. Sans doute juste un soupçon infondé ! A voir ! 

Des livres pour avancer vers les raisons du sexe oral…

L’art du cunnilingus

Dans « L’art du cunnilingus », Gérard Leleu développe l’art de la fellation, à destination des femmes (ou des hommes) qui veulent donner un plaisir sans partage à leur partenaire. 


Guide pratique pour une relation sexuelle et amoureuse épanouie 

 Diana Richardson « donne de nombreux conseils pour pallier aux problèmes rencontrés dans la sexualité quotidienne et propose des techniques qui permettent d’aller au-delà du bref instant de plaisir physique immédiat pour connaître une satisfaction sexuelle beaucoup plus profonde et intense amenant à une relation amoureuse pleinement épanouie ». C’est le fruit du travail de de Diana Richardson, auteur de « Slow sex »


Osez le cunnilingus

Coralie Trinh-thi, explique aux hommes la manière de procurer de la jouissance à leur femme. Car, une effet, parfois, ce n’est pas par manque de volonté mais par méconnaissance du savoir faire que le plaisir n’est pas au rendez-vous. 

Regarder la video Youtube

Image par Peter Wasser de Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.