J’ai besoin de toi

L’aveux de faiblesse qui fortifie l’amour 

J’ai besoin de toi, est une belle phrase qui comporte ses avantages et ses inconvénients. Dire « j’ai besoin de toi » est-il comptable avec l’indépendance émotionnelle ? N’est-ce pas un risque pour le couple d’avoir le sentiment du besoin de l’autre ?  Comment comprendre cette déclaration ? 

J'ai besoin de toi, un aveux de faiblesse

L’indépendance émotionnelle est-telle incompatible avec le sentiment d’avoir besoin de l’autre ? 

Vous avez entendu parlé de l’indépendance émotionnelle. Forcément, le sujet est tellement d’actualité. J’ai, moi-même, fait une émission publiée su mon autre blog, « Heureux Au Présent (écouter l’émission en cliquant sur le titre ci-avant). Mais, est-ce vraiment incompatible de vivre cette fameuse indépendance émotionnelle tout en étant en mesure de dire « J’ai besoin de toi » ? 

Avant même que je vous donne mon avis, vous l’avez pressenti. En effet, vous savez combien ces deux dimensions s’interpénètrent. 

L’indépendance émotionnelle consiste à vivre la relation avec soi-même sous un angle positif. Quoi que pense votre conjoint, quoi que l’on dise de vous, vous parvenez à détacher ce que vous entendez de votre identité propre et, plus encore, de votre valeur. J’ajoute même que vous avez appris à remplir votre réservoir émotionnelle sans dépendre d’un autre, votre conjoint compris. Du coup, vous ne passerez plus en stock d’alerte aussi facilement qu’avant, cette phase de crise liée à une impression de ne pas être aimé(e). 

Par exemple, vous aurez mis en place des activités-passions dont vous connaissez l’impact nourrissant sur vous-même. En un mot, vous saurez vous aimer. Du coup, le manque d’amour à votre égard (ou plutôt, l’impression de manque d’amour à votre égard) vous laissera indifférent. Votre capacité à vous nourrir seul(e) limitera le crash intérieur. 

Une compatibilité à 100%

C’est tout à fait compatible avec le sentiment d’avoir besoin de l’autre. Quand vous ressentez la pensée « j’ai besoin de toi », vous pouvez connecter ce besoin avec une volonté d’être aimé(e). C’est tout à fait acceptable. La dépendance émotionnelle commence quand « j’ai besoin de toi » sonne comme une alarme signalant que la non-réponse éventuelle à ce besoin annoncerait un crash émotionnel ou un conflit

Par contre, quand « j’ai besoin de toi » est une invitation, plus qu’une obligation, tout va bien. Il est indéniable que le dépendant émotionnel a tendance à vouloir « piloter » son entourage pour recevoir l’affection dont il a besoin. Combien de fois avons-nous fait cela ? Nous avons “aménagé” notre visage pour attirer l’attention et, surtout, l’affection que nous n’arrivions pas à nous donner à nous-même. Cette technique de manipulation inconsciente est une stratégie payante. Elle l’est sur le court terme, en tous cas. Tant que notre stratégie n’a pas été repérée. Mais une fois fait, tout s’écroule. En général, l’indifférence s’installe. Elle tactique permettant d’éviter d’être pris dans les filets de l’autre. Une volonté de ne plus être manipulé(e), piloté(e). Une des conséquences possible est la déception, l’impression de ne plus être aimée.

L’anecdote:

Une femme disait, il y a quelque jours, que son mari ne s’intéressait plus à elle. Il ne la regardait plus, ne la touchait plus et couchait avec elle pour arriver à ses fins. En général, cette attitude est rapidement étiqueté(e) par des « Il ne t’aime plus » ! Mais est-ce toujours le cas ? La réponse est non ! Parfois, c’est une marque d’indifférence. Elle peut s’être installée pour de multiples raisons. Et, parmi elles, un raz le bol de se sentir utilisé(e), une mise en oeuvre dans le but de se protéger. En conséquences, une envie ne ne plus se laisser utiliser par l’autre. On cherche alors à l’ignorer pour donner de la distance à la relation. 

« J’ai besoin de toi » est une exagération consciente

Avoir besoin de l’autre revêt des avantages notoires. Prenons bien conscience qu’avoir besoin de quelqu’un ne s’oppose pas à s’aimer soi-même, comme nous l’avons évoqué au début de ce sujet. C’est parfois tout le contraire. C’est en prenant la mesure de sa propre identité, de ses forces et fragilités et de ses besoins que l’on peut plus sainement dire « J’ai besoin de toi ». 

Cela dit, même s’il y a une belle poésie dans « J’ai besoin de toi », cette phrase contient un flou artistique des plus grossiers. En mesurant le sens profond de cette phrase, elle s’écroule rapidement. Parce qu’à vrai dire, vous n’avez pas besoin de votre conjoint. Vous choisissez de lui donner une valeur qui dépasse celle que vous donnez à quelqu’un d’autre, d’une part. Et d’autre part, compte tenu de cette place unique accordé(e), vous choisissez d’avoir « besoin » de lui. Mais vous êtes conscient(e) d’être à des années lumières de ce qu’est un besoin. 

L'amour est un terrain magnifique pour cumuler les erreurs et grandir à soi-même

« J’ai besoin de toi » et ses avantages

Ceci étant, après avoir clarifié le notion de « besoin », voici une liste d’avantages au sentiment d’avoir besoin de l’autre : 

  1. Apprendre à entendre ses propres envies et désirs. En même temps, c’est reconnaître à l’autre des réalités absentes chez soi. 
  2. Donner une place exclusive à l’autre. Dans le couple, nous avons besoin d’exclusivité, quoi qu’on en pense. C’est même valable dans les couples libres. Nous avons besoin d’avoir le sentiment d’être unique, irremplaçable. Du coup, nous voulons l’offrir à celui/celle que nous aimons. 
  3. Prendre conscience de sa propre place dans la relation en valorisant la place de l’autre. 
  4. Accroître la notion de sens, donner du « pour quoi » à sa vie à deux. C’est, ni plus ni moins, qu’un moyen de muscler la conjugalité. 
  5. S’envoyer une décharge de dopamine (une hormone). Par conséquent, se booster côté bonheur;

Quels inconvénients à « J’ai besoin de toi » ?

Je commencerai les inconvénients par le dernier des avantages qui s’inverse avec évidence : 

1) Le stress : En cas de réponse non favorable à « j’ai besoin de toi », nous pouvons nous infliger à nous-même une décharge de cortisol, l’hormone sécrétée en situation de stress. Si le sujet vous intéresse, je vous renvoie vers un article excellent publié sur le blog « Nos pensées ». Il s’intitule « 6 types d’hormones et les humeurs qui leur sont associées »

2) Le besoin de possession. Je ne sais pas si cet inconvénient nécessite des explications, même si, dernièrement, un jeune homme demandait « comment avoir une femme rien qu’à soi ? » Mieux vaut en rire 😉 

3) Nourrir la croyance que votre bonheur dépend de quelqu’un d’autre ou d’éléments extérieurs à vous-même. Si vous voulez creuser la question, foncez vers le lien suivant : Le mystère des émotions.

Dire « j’ai besoin de toi » est un incontournable du couple

Je ne vous demande pas de partager ma position tranchée sur le sujet. Mais c’est très claire, pour moi, que, sans « j’ai besoin de toi », le couple n’existe pas. C’est exactement quand un couple ne ressent plus ce « besoin » de l’autre que l’attachement affectif s’évapore. Certes, ils peuvent rester en couple longtemps sans, pour autant, vivre une relation aimante. 

Certains voudraient que nous soyons parfaitement équilibrés, capables d’aimer juste, suffisamment forts et pour longtemps. Je dis stop ! Aimez-vous comme vous savez le faire et restez ouvert(e) pour continuer à apprendre. L’amour est un terrain magnifique pour cumuler les erreurs. Aucun manuel n’existe. Aucun ne pourrait, d’ailleurs, être suffisant pour créer un couple heureux. 

Chacun d’entre nous crée l’amour avec ses propres notions. C’est là que sa beauté entre en action, quand il y a création. La simple reproduction n’aboutit guère qu’à des souffrances répétées. Je l’entends quand certains me disent « mes parents faisaient comme ça ! Je ne vois pas en quoi ça pause problème. » Or, ce genre de raisonnement est le signe que l’amour est sortie de ses rails de création. 

Le mots de la fin 

Avoir besoin de l’autre, ou plutôt, avoir le sentiment d’avoir « besoin » de l’autre est naturel. Ayez besoin l’un(e) de l’autre sans vous retenir. Si vous voyez que son indisponibilité vous blesse quand vous exprimez votre besoin de lui ou d’elle, saisissez la balle au bond. Ne sautez sur personne mais sautez sur l’occasion pour vous interroger sur votre dépendance émotionnelle. Puis, apprenez à vous aimer. Travaillez à cela jusqu’à ce que votre « j’ai besoin de toi » accueilli autrement que ce à quoi vous vous attendiez, respecte complément la liberté de votre conjoint. 

Si vous formulez « J’ai besoin de toi » à haute voix, notez  qu’il est possible que vous ne soyez pas compris(e). La faute à qui ? A l’ambiguïté de cette phrase. Génial ! Ce sera une occasion d’échanger pour entendre ce que l’autre entend quand vous lui dites ces mots. Mettez-vous à l’écoute et aimez ces instants de complicités permettant d’enrichir votre vie conjugale. 

Prenez le temps qu’il faudra pour le vivre au mieux. Et, quoi qu’on en dise, répétez, en pensées ou en paroles, vos « J’ai besoin de toi » autant que vous en aurez envie. 

Je vous souhaite de beaux moment à deux

A très vite

Image par Send $5 for cancer treatment PLEASE. PLEASE. PLEASE 🙏 de Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.