Les langages de l’amour, de Gary Chapman

Des actes pour dire “je t’aime”

En bas de cette page, regardez le témoignage d’expérience (en vidéo) de Lili depuis sa lecture du livre. Super intéressant, vous verrez 😉

? Je suis heureux de vous retrouver pour cette émission. Elle est un peu spéciale parce que, dans le studio, j’accueille Lili. J’ai choisi de l’inviter parce qu’elle a lu le livre de Gary Chapman intitulé, Les langages de l’amour, et j’ai pensé que ce serait plus intéressant que de vous mettre uniquement le résumé du livre sous forme de texte sur le blog. J’ai préféré l’option de le résumer de manière animée, d’où la présence de Lili. 

Le résumé du livre les langages de l'amour version audio audible

Bonjour Lili, 

Bonjour

? Est-ce que tu peux nous donner une vue d’ensemble de ta perception du livre, pour commencer ? 

Je n’en avais jamais entendu parlé. C’est avec toi que j‘ai découvert, pour la première fois, le nom de Gary Chapman et le titre du bouquin. 

Pour moi, cette lecture a été véritablement une aide. J’étais vraiment dans un échange, comme si Gary Chapman était en face de moi. ça m’a vraiment plu. C’était comme une communication ou une discussion donc, c’était agréable et rapide à lire. 

? As-tu l’impression d’avoir appris pas mal de choses ou plusieurs points t’étaient déjà connus ? 

Je trouve que j’ai appris beaucoup de choses sur moi comme sur mon compagnon. J’ai appris aussi sur la manière de gérer notre vie à deux et nouvellement installée. 

? Notamment, j’imagine que tu as appris des choses sur le coup de foudre, puisqu’il s’y arrête ? 

Oui, exact. C’était intéressant à découvrir. Pour moi, comme pour beaucoup de personnes, le coup de foudre est une chose réservée aux films et aux séries. C’est quelque chose de fantastique qui n’arrive qu’aux autres. Donc j’ai trouvé intéressant de le voir abordé dans un livre « sérieux », on va dire. 

? ça montre que le coup de foudre existe et que, parfois, ce n’est pas forcément une mauvaise expérience. Je le formule de manière négative mais bien des couples ont commencé leur histoire avec un coup de foudre. 

Dans son chapitre qui s’intitule « se sentir aimé », Gary Chapman dit qu’au début de la rencontre amoureuse, que l’on appelle l’obsession amoureuse (qui fait que l’on n’arrive pas à se concentrer sur son boulot, on a plu envie d’appeler les copains pour ne penser qu’à la personne qu’on aime), le besoin refait surface. Notre perception de la réalité refait surface parce que l’obsession ne peut pas durer toute une vie. Au bout d’un certain temps, on se centrerait donc plus sur soi que sur le conjoint. Est-ce que tu te souviens de cet aspect là et comment tu le vois ? 

Je suis assez d’accord avec ce qu’il dit. Une fois que l’on a franchi le pas de l’engagement et qu’il est mutuel, est-ce qu’on ne se tourne pas vers cette notion d’acquisition. On pense « C’est fait, c’est acquis, la personne ne s’en ira pas. On pense rester toujours ensemble donc, pourquoi faire des efforts, finalement. Et pourquoi mes désirs et mes besoins ne sont pas satisfaits alors que je me donne corps et âme à la personne en face de moi. » J’ai l’impression que, parfois, on a tendance à être un peu égoïste. Après, c’est le propre de l’humain. On a tous besoins, et c’est normal, d’avoir des moments où on se sent égocentré(e). On a besoin de penser juste à soi, sans penser à l’autre. 

Cela explique pourquoi l’obsession de l’autre redescend un peu. 

? Certains appellent cela « un atterrissage ». Je trouve ça un peu désagréable

 C’est un peu dur, en effet.

? En fait, c’est positif d’envisager un atterrissage. Quand un avion atterri, c’est positif, ce n’est pas négatif. Mais je comprends que c’est une manière de revenir à une réalité

Oui, voilà, exactement. On a idéalisé l’autre, soi-même et la relation et, d’un coup, on réalise qu’on n’est pas si géniaux que ça. On est juste des humains, normaux avec nos défauts et c’est pas drôle 😉

? Même si on vit quelque chose d’extraordinaire, on est vraiment normaux

Oui, voilà 

? J’aime bien une image qu’emploie Gary Chapman. Ceux qui sont déjà abonnés à Couple heureux l’on déjà entendue. Il emploie l’idée du réservoir émotionnel. Est-ce que tu peux nous en parler un peu ?

Dans ma tête, j’ai visualisé un arrosoir. Je ne sais pas pourquoi mais quand il a parlé de ce concept, c’est l‘arrosoir qui s’est présenté à moi. Je ne sais pas l’expliquer…

? Est-ce ta fibre verte ?

Oui, je pense mais pourtant, je n’ai pas cette fibre-là dans la vraie vie. 

Cette idée du réservoir émotionnel est très judicieuse parce qu’il va se remplir ou se vider en fonction des actes de la personne aimée. 

? Donc, tu veux dire que si la personne qui est en face de moi m’aime, mon réservoir va se remplir ? 

Ce n’est pas suffisant, je pense. 

? Alors comment va-t’il se remplir et se vider ? 

C’est là qu’interviennent les langages de l’amour. Selon les actions posées par le conjoint ou la conjointe, le réservoir va se remplir si l’action est en relation avec le langage de m’amour du conjoint visé par l‘action. A l’inverse, si cela ne rentre pas dans son langage personnel, soit cela va le laisser stagner soit cela va le vider. 

S’il s’agit d’une chose à laquelle on n’est pas sensible, ce sera presque inutile ou alors, l’effet sera inverse. On n’est pas sensible aux mêmes choses. 

? Tu veux dire que je peux essayer de m’évertuer à montrer mon amour à mon conjoint (en gardant cette image du réservoir émotionnel) et finalement, malgré tout, me retrouver avec un conjoint qui sera en carence affective ? 

Oui, je pense. Et dans certaines situations, cela peut participer à repousser la personne si l’action est opposée à ce à quoi elle est réceptive. Bien entendu, c’est valable si on n’en discute pas, qu’il n’y a pas de débat et de communication conjugale sur ce sujet. Ne pas montrer les choses sous l’angle correspondant aux langages d’amour de son conjoint peut devenir nocif pour le couple. 

? En fait, Gary Chapman explique une les langages de l’amour sont une manière naturelle pour soi de recevoir l’amour et donc, de l’exprimer. Cela veut dire que, si j’aime parler le chinois, j’aurais tendance à vouloir parler chinois aux gens qui sont autour de moi même s’ils ne comprennent pas ma langue. C’est ce qui expliquerait qu’en voulant aimer l’autre comme je le sens naturellement en moi, je peux faire en sorte qu’il ne reçoive pas mon amour ? 

Oui, parce que on est différent. C’est la toute la finesse du bouquin ; c’est accepter qu’on soit différents. On ne va pas être réceptifs aux mêmes choses et avoir envie des mêmes choses. On a beau s’aimer et partager pleins de choses intimes, de la vie quotidiennes et d’autres, comme les vacances, les voyages, la famille, etc, on est quand même très différents. 

? La première base de cette différence serait de me dire « mon conjoint n’a pas besoin que je lui montre mon amour comme je le sens moi »

Je dirais « N’a pas forcément besoin ». Après, peut-être qu’on a mes mêmes langages mais si ce n’est pas le cas, je pourrai toujours m’évertue à faire quelque chose sans arriver au succès. Si la personne, en efface, s’en fou, à la longue, ça va lui « taper sur le système » et ça ne fonctionnera pas. 

? Le réservoir de mon conjoint peut donc se vider malgré le fait que je l’aime en faisant tout ce que je peux pour lui montrer mon amour ? 

Oui. En même temps, je pense qu’avant qu’il se vide, il faut en discuter. C’est dommage de laisser les choses pourrir, stagner alors qu’on peut en parler. Quand on voit qu’on fait des efforts dans le vent, l’étape la plus cruciale reste la communication. 

? J’ajoute, même si Gary Chapman n’en parle pas de cette manière là, en me basant sur d’autres travaux qui ont été faits, notamment avec le Dr Ross Campbell, que l’on a aussi un rôle à jouer pour remplir soi-même son réservoir émotionnel sans dépendre de l’autre. 

? Bien-sûr

? Est-ce que tu peux nous lister les langages dont parle Gary Chapman ? 

Oui, il parle de  : 1) services rendus, 2) paroles valorisantes, 3) les cadeaux, 4) les moments de qualités et 5) toucher physique. 

? Toucher physique. C’est un des miens 😉

Exact, alors celui-ci, tu le connais

? Est-ce qu’il y a un ordre d’importance dans ces langages ? Et est-ce que certains sont mieux que d’autres ? 

Non, il y a une absence totale de jugement. Chaque langage a sa propre place. Il n’y en a pas un au-dessus ou en dessous de l’autre. Il n’y en a pas qui soient négatifs ou positifs. 

? On est donc sur 5 langages qui sont sur le même plan, le même niveau avec un impact équivalent sans éléments de comparaison ? 

Oui, je n’ai perçu aucune nuance de niveau ou d’intensité.

? Est-ce que certains langages sont plus compatibles que d’autres ? Si je reprends  « toucher physique », est-il compatible avec quelqu’un qui est « parole valorisantes » ou n’est-il pas plus compatible avec quelqu’un qui est du langage d’amour « cadeaux » ? Est-ce que Gary Chapman aborde cette idée ? 

Non parce que, encore une fois, on va tous envisager la chose différemment. Du coup, je ne vois pas comment deux langages pourraient mieux se compléter que d’autres. C’est aux personnes de créer un fonctionnement bénéfique ou bancal. 

? Est-ce qu’on peut faire un zoom sur chacun des langages de l’amour, les prenant dans l’ordre que tu veux. Du coup, nous arriverons à mieux comprendre ce que Gary Chapman veut dire dans chacun des langages. 

Les paroles valorisantes vont passer par des compliments, forcément. Mais aussi par des encouragements. Quelque chose qui montre que l’on a de l’estime et du respect pour son conjoint. Qu’elle se sente valorisé, tout simplement. 

? Du coup, quand le conjoint fait quelque chose, il a besoin d’entendre que « c’est bien » ? 

Par exemple, sans tomber dans le « bravo » ou dans l’évaluation et le jugement. 

? Parce qu’effectivement dans « c’est bien », (je faisais exprès de te taquiner avec ça) il y’a une évaluation, un jugement. 

Mieux vaut préférer un « merci », une reconnaissance verbalisée. Il s’agit de communiquer l’amour verbalement, en employant des mots et un ton aimables. 

? Autres langages ? 

Les moments de qualité. C’est l’essence du partage. Une capacité à donner une attention totale à la personne qui est en face. D’être ensemble, proche. Il parle aussi de se créer des souvenirs à travers des moments de vie commune. 

? Il fait aussi la différence entre l’intensité et la quantité, dans ce langage ?

En effet, quelques minutes peuvent suffire sans qu’il y ait besoin de beaucoup de temps pour montrer son amour. L’important est que, sur le plan émotionnel, nous passions des moments intenses ensemble.

? Parfois envoyer un petit sms ou juste passer faire un « coucou » et prendre son conjoint dans ses bras (si, en plus, il est langage toucher physique, en plus de moment de qualité), peu être très nourrissant sur le plan émotionnel. 

Passons à un autre langage

Les cadeaux. Ils représentent le symbole de l’attention que les gens nous portent. On les associe à l’amour que la personne va nous manifester. Tout le monde apprécie d’avoir des surprises, et donc des cadeaux, je pense. C’est pour cela qu’il y a le Père Noël 😉 mais ça n’aura pas le même impact selon les personnes, selon leur langage d’amour. 

? Certains se diront « s’il m’offre un cadeau, c’est parce qu’il m’aime » alors que d’autres se diront « ah, c’est sympa »

Oui, et du coup, ça ne remplira pas le réservoir émotionnel de la même manière, je pense. 

? Comment tu évalues, avec le livre à l’esprit, bien-sûr, cette différence de remplissage ? 

Je pense que l’émotion ressentie par la personne qui reçoit le cadeau n’aura pas la même intensité, ni la même saveur. Ce sera vraiment vécu intérieurement pour la personne qui est « cadeau ». Pour cette personne-là, le ressenti sera viscéral, elle va adorer qu’on lui offre des choses. Alors que quelqu’un qui est plus « services rendus », par exemple, trouvera que c’est cool mais si tu fais la vaisselle, je serais trop contente. 

? C’est presque un cadeau de faire la vaisselle

Exactement.

? On peut passer à « service rendus », peut-être ? 

Pour moi,  »services rendus » intègre une notion d’équipe, d’entre-aide. C’est agir pour décharger l’autre quand il est un peu débordé, coopérer, le soutenir. C’est ressentir un besoin d’équipe dans le couple. 

? Tu y vois une idée de supporter, on sait qu’on peut compter sur l’autre…

Oui

? Donc, si on va laver la voiture, madame sera… non, c’est cliché, ça… (rire)

Surtout que je ne lave pas ma voiture… (rire)

? Oh, on le gardera pour nous. Il ne reste plus qu’un langage de l’amour, c’est lequel ? 

Le toucher physique. C’est une autre forme de communication. C’est un lien visible entre deux personnes qui s’aiment et s’apprécient. C’est vraiment une communication qui démontre de l’affection. 

? Quels exemples de toucher physique pourrais-tu donner ? 

Un bisou, par exemple, juste passer et faire un bisou sur le front. Ou, tenir la main quand on marche, par exemple. Ou faire un « gâter » au passage puis repartir. De petites attentions comme ça, je pense. 

? C’est quoi un « gâter » ? 

Un câlin

? C’est un câlin du Sud 😉 Je ne connaissais pas cette expression. 

C’est vrai ? 

? Oui, je ne connaissais pas du tout. Et comment as-tu vécu ta découverte des langages, finalement, au fur et à mesure de ta lecture du livre ? 

Je me suis régalée parce que je l’ai vraiment pris comme un guide. Je me disais « Ah, c’est pour ça que je réagis comme ça... » ou « c’est pour ça que lui, réagit comme ça… ». Je trouve que ce livre a été un outil de compréhension de l’autre, de moi-même et de tolérance, du coup. 

? Tu en parles comme une expérience de découverte, en fait. D’auto-découverte, en plus de celle de ton conjoint, justement ?

Exactement. 

? As-tu trouvé facile d’identifier tes langages ? 

Oui. Très facile 

? J’imagine que tu as été intéressée de repérer les langages de ton homme ? Est-ce que tu estimes que le livre a été assez claire pour te le permettre ? 

Oui, j’ai une idée. Après, je ne me prononce pas sur la question parce je trouve que c’est assez personnel. Et puis, même si on vit avec la personne, je trouve qu’il y a des choses que l’on n’a pas forcément encore exploré, comme certains ressentis ou émotions. Donc, je pense que c’est assez personnel. Donc, tant qu’il ne les aura pas trouvé, je ne serai pas certaines à 100%, même si j’ai une idée. 

? Gary Chapman donne des éléments pour essayer de trouver les langages de l’amour de l’autre. C’est pertinent quand il/elle n’a pas lu le livre et qu’on n’a pas envie de lui en parler. Quels sont les pistes qu’il évoque ? 

On peut faire des essais. En suivant chacun des langages de l’amour, faire une action en rapport avec l’un puis l’autre en mode, crash-test. On peut voir ce qui se produit et se dire « est-ce que ça va marcher ou pas ? ».

? Si je prends le langage « cadeaux » et que je soupçonne mon conjoint parle ce langage, je vais commencer à lui offrir des cadeaux ? A quelle fréquence ? Quel genre de cadeaux ? Comment viser juste ? 

L’idée n’est pas de vider son compte bancaire ;-). Mais en trainant dans un magasin, on voit quelque chose qui attire le regard ou, une chose dont il a parlé quelques temps plus tôt, et prendre l’initiative de la lui offrir. 

? Si je m’en souviens bien, il n’y a pas forcément de valeur financière aux cadeaux ?

Même un « petit truc » peur faire plaisir. C’est le geste qui est important, en effet.  

? Qu’est-ce qui, dans ta vie de couple, est impacté par ce livre ? 

Je suis beaucoup plus tolérante. J’accepte le comportement de la personne en face de moi dans le sens où, ce livre m’a appris que ce ne sont pas forcément des défauts mais un mode de fonctionnement différent du mien. C’est comme ça. 

? Donc, ton conjoint n’a plus de défauts ! 

Si, heureusement, sinon on s’ennuierait (rire). Mais, bien que ce ne soit pas applicable à tout, en général, s’il y avait des choses agaçantes dans son fonctionnement à la maison, dans l’organisation ou autres, j’ai compris que c’est essentiellement due à notre différence. On ne réagit pas de la même manière, on ne pense pas de la même manière et c’est comme ça. Donc, j’ai pris la personne comme elle est. C’est, soit j’accepte, soit on passe à autre chose. Je comprends que nous ne sommes pas la même identité, étant deux personnes distinctes, même si on crée quelque chose à deux. Si on pense autrement, ce sera compliqué. 

? J’entends que tu le vois comme un révélateur d’un fonctionnement conjugal. Peut-être qu’il n’est pas spontanément découvert, quand on n’a pas lu ce livre. 

Oui, vraiment. Je pense qu’on n’a pas assez dans l’idée que, dans un couple, on n’a pas forcément la même vision des choses. Et on va avoir tendance à s’énerver contre la personne, à être frustré(e) de son comportement ou de son non-comportement alors qu’il ne fait pas exprès. C’est lui qui est comme ça, tout simplement. 

? C’est « normal » qu’il soit comme ça parce qu’il est comme ça, il est lui. 

Exactement. On n’aime pas les mêmes choses au niveau alimentaire. Au niveau du comportement amoureux, c’est la même chose. 

? Il est comme ça parce qu’il est comme ça. Est-ce que tu te souviens de l’invitation sur laquelle Gary Chapman termine son livre ? 

D’offrir ce livre au plus grand nombre. 

? Alors, tout est prévu. Tu as fait une liste ? 

Oui, dans l’idée, je sais à qui j’aimerais le proposer. Après, j’ai une copine très intéressée par ce genre de lectures. On discute beaucoup de ce genre de sujets, étant beaucoup dans le contrôle, elle et moi. Ce genre de lectures nous aident énormément à nous canaliser parce que c’est encore un appel à accepter et à tolérer l’autre dans ce qu’il est. Elle sera très intéressée. 

Mes sœurs sont un peu jeunes, peut-être. Pour moi, c’est un sujet universel. Tout le monde y gagnerait à réfléchir sur la question. 

? Juste, en dehors du livre, en m’adressant à Lili en tant que femme, est-ce qu’il y a une chose que tu aimerais transmettre de fort et que tu penses qui n’est pas encore suffisamment vécu dans les autres couples, alors que tu en es à ta cinquième année de vie de couple ? 

Je suis hyper « en boucle » parce que pour moi, c’est vraiment cette tolérance, en fait. je trouve vraiment qu’aujourd’hui, on s’attarde trop sur ce que l’on pense être des défauts au point de chercher la petite bête pour se disputer. Je vois vraiment les choses comme ça. 

Que ce soit sur le lieu de travail, avec les collègues, en voiture, quand on s’offusque d’un comportement. Quand on est en société, on s’offusque de tous les comportements des autres. On est sans cesse entrain de juger. A aucun moment on se dit que « là, il ou elle fait ça parce que… il y a ça derrière etc. ». Pour moi, ce bouquin, est applicable à tout. Là, il touche spécifiquement au couple et c’est hyper enrichissant, hyper important, pour les personnes qui sont en couple. Donc, oui, c’est l’axe principal et le truc qui me donne envie de transmettre ce genre de données et d’informations. 

? J’entends ce que tu dis et, justement, cela me fait penser à la fin du livre où il présente également les langages d’amour des enfants. Et, en prenant ce que tu viens de dire, cela peut aussi me permettre de me dire, en tant que parent, je vais être bienveillant et indulgent vis à vis de mes enfants en me disant « ils ne font pas ceci et cela pour m’embêter. Ce n’est pas forcément une bêtise. C’est leur fonctionnement » et, là aussi, entrer dans une relation plus tolérante. 

Tout à fait, chose que je pense encore plus compliquée en tant que parent de se dire « il ne fait pas ça pour m’embêter, mais c’est son fonctionnement». Je ne le sais pas en pratique, n’ayant pas d’enfant. Mais comment accepter que mon enfant, tout jeune, ait son propre fonctionnement alors qu’il y a encore quelques mois ou quelques années, il était encore complètement dépendant de moi. 

Je pense que ce doit être terrible à accepter. Je le vois vraiment comme une situation difficile. Se dire « pétard, c’est cuit, il fait ses propres choix avec ses petites manies et moi je… je n’ai plus la même place, plus la même emprise ». 

? C’est là qu’apprendre commence à se jouer. On n’est plus dans le ressenti de l’amour mais dans un amour choisi. 

C’est ça. Accepter qu’il y a une différence. 

? Je te remercie Lili pour ton regard sur ce livre. Pour cette manière de le résumer un peu plus originale qu’un texte écrit publié sur le site. Je voudrais juste que tu te présentes succinctement pour ceux qui ne te connaissent pas. 

Je m’appelle Lili, je suis infirmière depuis 3 ans dans une structure de rééducation neurologique. J’adore le sport et la lecture, dont Harry Potter.

? Prête pour le prochain bouquin ? 

Oui

? Super, alors je te dis à très bientôt. 


Allez plus loin en regardant le témoignage de vie de Lili à partir du livre dans cette video :


Lisez le livre facilement

Avec plus de 11 millions de copies vendues, cet ouvrage se démarque d’autres livres sur le même sujet et le succès dont il profite est sans doute attribuable à son originalité. Rejoignez plus de 15 millions de personnes qui ont déjà amélioré leurs relations en découvrant la langue d’amour. 

Si nous voulons communiquer efficacement avec des personnes d’autres cultures, nous devons apprendre leur langue. Il en va de même dans le domaine de l’amour. Le langage de votre amour sentimental et celui de votre conjoint peuvent être aussi différents que le chinois l’est du français.”

Gary Chapman

Commander le livre audio

Il est gratuit pour toute première commande Audible. faites-en l’expérience libératrice du livre audio. C’est énorme !

Audible, l'expérience audio inoubliable

Commander le livre papier

Cet ouvrage se démarque d’autres livres sur le même sujet et le succès dont il profite est sans doute attribuable à son originalité.

Gary Chapman identifie cinq moyens d’expression principaux par lesquels chaque individu peut manifester son amour : les paroles valorisantes, les moments de qualité, les cadeaux, les services rendus, le contact physique.

Il se trouve rarement dans un couple deux personnes exprimant leur affection via le même moyen, d’où le problème de communication à l’origine de nombreuses désillusions.

Lire ce livre c’est s’engager dans les sentiers captivants des « langages naturels » parlés au sein de sa relation amoureuse.

Grâce aux nombreuses histoires vraies et aux idées exposées par ce conseiller conjugal de renom, le lecteur apprendra à parler une nouvelle langue propre à son couple : une langue qui bâtit et épanouit car elle sera enfin comprise par les deux conjoints.

2 commentaires

  1. “Un couple n’est jamais acquis, ca s’entretient”: je suis tout a fait d’accord!
    J’ai lu ce livre il y a plusieurs annees et j’ai appris beaucoup de choses, que je mets en oeuvre autour de moi. Merci pour cet entretien qui rend le livre vivant!

    1. Author

      Bonjour,
      Merci pour ton commentaire et ton avis sur ce livre. Je suis ravi de lire que tu mets en oeuvre ce livre dans tes relations. J’imagine que tu as vu une différence, comme un “avant-après”.
      Je t’encourage à continuer à créer et à distribuer du bonheur en appliquant les perles de Gary Chapman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.