Aimer avec l’assurance de faire “mouche” tous les jours

Vous ne connaissez de votre conjoint que ce qu’il vous a donné de connaître de lui. En permanence, je continue à proclamer cette vérité haut et fort. Ceci étant, je milite en même temps pour une partie du contraire. Il y a des choses sur votre conjoint  que vous ne pouvez pas ignorer. 

Quand je demande à un conjoint la date de naissance de l’autre et que je le vois hésiter, je perçois, au fond de moi, naître une forme de panique. S’il arrive que j’exprime ma panique et que la réponse est «  Si si, je savais mais… », je deviens soucieux.  Il est inadmissible d’ignorer certaines choses sur son conjoint sans que cela manifeste un certains désintérêt. 

J’accepte que les sensibilités des uns et des autres varient. Vous pouvez avoir une excellente mémoire des dates, d’autres des lieux ou des événements alors que d’autres se souviennent mieux d’expériences touchant à d’autres facultés. Néanmoins, au-delà de la facilité naturelle, en relation avec un tempérament ou un caractère, il est tout à fait possible de faire l’effort de maîtriser certains acquis de manière à ne plus les oublier. Ces 10 questions sur vote conjoint vous y aideront.

Les deux approches qui favorisent la mémorisation sont : la passion et la volonté d’apprendre. A vrai dire, j’en ai mentionné deux sans compter que, dans certains cas, les deux sont confondus. Imaginez que votre conjoint constate que vous vous souvenez facilement de certains choses concernant d’autres personnes et que vous oubliez sans effort des éléments à son sujet. Il ira de soi que l’impression de ne pas compter autant qu’il l’aurait voulu se manifeste. Comment y remédier ? 

Centrez votre attention sur ce qui compte pour votre conjoint. Cela sera forcément en relation avec ses… :

  • (son) identité, 
  • valeurs, 
  • croyances, 
  • désirs,
  • aspirations, 
  • goûts,
  • rêves. 

Difficile de se tromper

J’entends bien que vous ne pouvez pas tout connaître de la liste que je viens de vous dresser, c’est certains. Faites tout même en sorte d’en connaître le plus possible sans avoir recours à vos notes. Même si vous êtes ensemble depuis quelques semaines sentez-vous vous concerné(e). Prenez le comme un jeu. Apprendre qui est votre conjoint est un gage évident vous permettant de parvenir à le satisfaire en répondant à ses besoins. Et ça, c’est loin d’être un jeu. C’est la raison première pour laquelle je partage ce sujet avec vous.

Connaître les 10 questions sur votre conjoint auxquelles vous devriez répondre sans aucune hésitation est un moyen assuré de créer du bonheur conjugal. Pourquoi se priver de quelque chose de simple qui produira du bonheur ? Il ne s’agit que de 10 questions. Vous êtes loin de devoir apprendre l’équivalent du code civile, du Vidal, de la Bible ou du dictionnaire. 10 questions seulement. 

Je tiens à ce que vous ne preniez pas cette invitation pour un examen, ni pour un concours. Vous n’aurez pas de bonne ou de mauvaise note. Personne ne viendra vous juger. Connaître la réponse à ces 10 questions vous procurera des avantages certains dont vous seul(e)s serez le/les bénéficiaire(s). Tout le bénéf est pour vous ! Alors, ne passez pas à côté.

L’amour en couple n’exclut pas la possibilité de l’ennui. De passer par des moments où l’on a l’impression de n’avoir plus rien à se dire. Valérie Josselin l’aborde dans une article publié sur Femme Actuelle dans lequel elle parle de ce phénomène. Le paradoxe est que l’ennui a du bon que la méconnaissance de la réponse à ces 10 questions n’a pas. Faites donc tout pour les connaître.

Quelles sont donc ces 10 questions pour sur votre conjoint ? 

Je vais les formuler comme si votre conjoint vous les posaient. 

1. « Quelles sont mes passions ? » 

Cette question porte sur ce qui donne des ailes à votre conjoint. Veillez à savoir ce dont il ne pourrait jamais me passer. Cela peut toucher à des domaines très variés et multiples. Je vous encourage à chercher à les connaître. A partir de là, vous saurez être un supporter de votre conjoint en privilégiant ces domaines. Vous saurez vous interdire de négliger un encouragement, un soutien et un conseil authentique. Vous écouterez davantage que vous n’auriez tendance à le faire dès que vous sentirez que la conversation s’approchera d’un de ses sujets de passion. 

Une passion ne se raisonne pas. Elle est là sans que l’on sache vraiment pourquoi, parfois. Certaines ont même des atavismes, présents de père ou de mère en filles ou en fils. Elles ne se discutent donc pas. Elle s’accueillent, c’est tout. 

Sauriez-vous répondre à cette première question sans vous tromper ?

2. « Quelles sont mes sujets de préoccupation du moment ? » 

La complexité de cette question est que les sujets évoluent avec le temps. Cela implique donc que vous restiez attentif(ve) aux sujets du moment. Ouvrez l’oeil pour savoir quand un sujet peut être classé et si son classement est définitif ou pas. Ne partez pas du principe que le sujet ayant été abordé suffit à le classer. C’est même encore plus complexe quand une solution a été proposée ou trouvée. 

C’est particulièrement difficile pour les hommes tentés de trouver des solutions à tous les problèmes, les Mc Giver conjugaux.  Ils se creusent la têtes quelques secondes et dégainent des solutions efficaces dans le but d’aider leur conjoint. L’intention est bonne, je l’entends bien. 

Toutefois, ils passent à côté d’une réalité importante : l’objet n’est pas de centrer son attention sur le problème mais sur la personne qui le voit comme tel. Négliger cette dimension entraine souvent une frustration de part et d’autres. « Je t’ai donné une solution, pourquoi tu ne l’acceptes pas ? ». La réponse que je vous propose est la suivante : vous ne pouvez apporter une solution à un problème qui n’existe pas sans la personne qui le porte en elle. 

Prenons un exemple : Votre conjoint vous dit que votre fils vous manque de respect. Quel est la solution ? Vous pourriez avoir tendance à lui proposer d’être plus ferme ou de ne pas se laisser berner par ses actions. Vous pourriez lui suggérer de ne pas prendre les choses trop au sérieux. Ce n’est qu’un passage de vie. Vous pourriez aussi lui dire que vous irez lui parler. Et dans toutes ces solutions, vous serez passé à côté de votre conjoint. 

Quand vous pensez à « sujet de préoccupation de mon conjoint », souvenez que dans cette phrase se trouve votre conjoint. Le plus important de tout doit être votre conjoint, pas le problème, aussi énorme soit-il. Mettez votre conjoint à la première place. 

Centrez alors votre attention sur : 

  • ce qu’il vit, 
  • comment il le vit, 
  • ce qu’il perçoit, 
  • ce qui le frustre, 
  • l’évolution de son vécu et ressenti entre deux échanges de couple sur le sujet principale qu’est votre conjoint. Je sais combien cette question n°2 peut être pénible. Sachez toutefois qu’elle permet de renforcer les liens de nombreux couples. Et justement, bien des conjoints finissent par se taire de se savoir non-entendu(e) et non-entendable sur certains sujets. Etre en mesure de suivre cette réalité au quotidien encouragera votre conjoint à s’ouvrir à vous en permanence. 

3. « Qu’est-ce qui me fait honte ? Quels sont mes défauts, ceux que je ne montre à personne ? Mes complexes ? »

Cette question touche à une intimité profonde. Recueillir ce genre d’information sur votre conjoint équivaut à recueillir votre conjoint en personne. C’est un gage de confiance. Cela signifie qu’il s’est donné à vous. C’est intimement profond et, pour certains, plus profond que de faire l’amour. Car il est possible de faire l’amour sans lâcher-prise, bien que cela contribue à en limiter la jouissance. Par contre, partager ses hontes, ses défauts et ses complexes demande un lâcher-prise évident. 

Connaître ses réalités intimes par coeur implique de les garder pour soi, bien évidemment. Il s’agit de la nudité intérieure de votre conjoint. Vous ne pouvez donc jamais la partager, ni même avec votre ami(e) la/le plus proche. 

10 questions de base sur votre conjoint pour créer votre couple heureux

4. « Quelles sont mes expériences de vie les plus formatrices ? »

A ce stade des 10 questions sur votre conjoint, celle-ci touche à des tranches de vie. La personne avec laquelle vous vivez n’est pas née ce matin. Elle a vécu et s’est enrichie de nombreuses étapes par lesquelles elle a choisi d’être elle-même. Que ces choix aient été conscients ou non ne change rien. Vous vivez avec un constat, un conjoint-constat. 

Les étapes de la construction de soi sont généralement partagées dans les débuts de la relations. Puis, au fil du temps, d’autre éléments complémentaires viendront s’ajouter à ce que vous aviez déjà entendu. Veillez à rester concentré(e) dès que vous percevez que des tranches de vie vous sont confiées. Pourquoi ? Parce que le présent s’explique en lisant le passé. Autant vous ne pouvez rien retoucher au passé, autant il vous éclaire sur votre conjoint au présent. S’il est celle ou celui que vous connaissez aujourd’hui, c’est parce qu’il/elle a vécu telles ou telles bonheurs, telles ou telles blessures, telles ou telles frustrations et telles ou telles aventures. 

Vous devenez donc le/la témoin et heureux/se partenaire de celui ou celle qui a été fait et qui s’est fait à travers ses propres virages, ses dos-d’âne, ses descentes et ses ascensions formatrices. 

5. « Quels sont mes langages d’amour ? » 

Je ne m’arrêtai pas sur cette question tant elle est développée sur la page du blog couple heureux. J’y partage le résumé du best seller de Gary Chapman : Les langages de l’amour

Chaque conjoint désireux de vivre un couple heureux devrait connaître les langages de son conjoint.  Certains couples ignorent leurs langages et peuvent ne pas en avoir besoin si leur naturel les conduit à les parler naturellement. Mais il n’en demeure pas moins que le meilleur moyen de viser juste est de parler la langue que l’autre comprend. Cette cinquième question assure que votre conjoint comprend et reçoit votre amour 5 sur 5. Pas moin que cela. 

6. « Quand nous sommes en conflits, comment je préfère que les choses se passent ? »

Si vous n’avez pas encore vécu de conflit, je vous en souhaite. Sans m’arrêter sur les bénéfices des conflits conjugaux, je vous invite à ne pas les fuir. Cette tendance peut générer des conflits à venir dont l’intensité est telle qu’ils semblent insolubles alors qu’ils auraient pu l’être. Car, fuir les conflits engendre un emboitement des conflits les uns dans les autres. 

Est-ce que votre conjoint préfère que vous fassiez le pas après le conflits ? Préfère-t-il le faire lui-même ? En fonction de quoi ? A-t-il besoin de temps ou je préfère-t-il revenir rapidement sur le sujet ? 

Creusez ces questions et interrogez-le/la. Ensuite, apprenez et retenez ce qui compte pour lui/elle. 

7. « Qu’est-ce qui m’indigne, que je trouve inadmissible ? » 

Connaître la réponse à cette 10e question constitue, en soi, une démarche d’amour. Sachant ce qui peut blesser votre conjoint vous éviterez de vous retrouver à fréquenter certains fossés ! 

Je me souviens du choix que j’avais fait de partager une de mes souffrances à un ami. Le partage m’avait fait tellement de bien que je le partageais avec ma femme. C’est à ce moment là que j’ai appris combien mon choix l’avait blessé. Elle ressentait de la honte.  Son attitude habituellement joviale s’est ternie plusieurs jours. 

Mieux vaut connaître ce qui peut profondément blesser votre conjoint en l’entendant vous  le dire qu’en le découvrant lors d’une gaffe. D’autant que certains prendront du temps pour se relever. Prenez donc le temps de vous retrouver autour d’un bon diner pour vous a assurer d’entendre et de retenir ces éléments fondamentaux. 

Je vous donne, toutefois, un piège à éviter : chercher à comprendre dans le but d’évaluer ce qui indigne votre conjoint. Je préfère donc vous recommander de ne pas manifester d’intérêt dans ce sens. Le but est uniquement d’en prendre connaissance et de chercher à comprendre en quoi cela est blessant pour lui ou pour elle. Retenez-vous donc d’évaluer le sujet au risque de donner l’impression d’évaluer la pertinence de ses indignations.  Cette question à bien sa place dans les 10 questions sur votre conjoint auxquelles vous devez savoir répondre sans hésitation.

8. « Où vais-je dans la vie ? »

Normalement, cette question n°8 enfonce des portes ouvertes. Excepté si vous avez commencé votre relation dans un but sexuel, la question a été posée sur la table très tôt. Vous devriez donc savoir ce qui booste votre conjoint lui donnant envie de se lever le matin. Ce peut être son travail, son envie d’une belle famille, une passion, une vision de la société ou du monde particulière, une vocation, ou autres. Vous devriez le savoir. Et si ce n’est pas le cas, alors c’est le moment. 

Souvenez vous de l’objectif :  allez à la pèche de la source existentielle, de l’essence, de celui/celle que vous aimez.

9. « Qu’est-ce qui me donne envie de retomber amoureux/se de toi jour après jour ? »

Savez-vous combien votre incapacité à répondre à cette question peut vous handicaper ? Cela signifie que vous vivez au jour le jour sans prendre appui sur ce que votre conjoint estime être des forces. Vous vivez votre couple « à la bonne franquette ». Cette insouciance peut paraitre jolie sur le papier mais elle ne tient pas la distance. Vivre un couple en espérant que ce vous faites et dites fera mouche sans avoir de certitude sur l’impact de vos faits et gestes laisse beaucoup trop de place au hasard. Or, l’amour ne doit rien au hasard. John et Julie Gottman le répètent inlassablement dans leur livre « Les huit rendez-vous amoureux ».

J’ai pris le temps d’en faire un résumé que j’ai mis à votre disposition sur le blog couple heureux. Et, d’un simple clic, vous pouvez le commander. Souvenez-vous de cette vérité : l’amour ne doit rien au hasard. Comme tout élément naturel et vivant sur la planète, l’amour est régit par des règles. Parmi elles, se trouve cette neuvième question : savoir ce qui, de vous, plait à votre partenaire. 

Si vous sentez en vous le doute, s’immiscer, passez par la phase écriture. Notez au moins dix choses allant dans ce sens. Ensuite, prenez le temps de la réflexion pour en ajouter une par jour pendant cinq jours. Enfin, soumettez la liste à votre conjoint pour lui demander son avis. Il pourra donc l’amender et la corriger. 

Ainsi, vous saurez ce qui vous rend unique à ses yeux. Vous saurez, par conséquent, parsemer vos journées d’un ou plusieurs de ces éléments. Au moins un par jour, stp. C’est le minimum.  

10. « Comment faire quand j’ai besoin de te parler de choses profondes ? » 

Nous voila arriver au bout des 10 questions. Cette dernière touche encore à l’intimité. Je dirais même, l’intimité relationnelle. 

Connaissez-vous la réponse à cette question ? Elle est véritablement importante. Elle pourrait se traduire par « Comment m’assurer que tu sauras m’accueillir quand j’en ressentirai le besoin ? ». Ce sujet touche bien à un besoin de don de soi, de partage ses préoccupations. C‘est d’autant plus dommageable quand un homme trouve bloquant qu’une femme veuille vivre ces moments de coeur à coeur avant de faire l’amour. Si vous êtes concerné(e) par ce blocage, c’est sans doute par négligence de l’importance pour votre partenaire de se délester de certains poids pour vivre une relation avec plus de légèreté, plus de profondeur. 

Cherchez à savoir à quel moment votre conjoint préfère s’ouvrir à vous sur ce qu’il vit de profond. Plutôt le matin, en journée, le soir ? Identifiez également le rôle que peut jouer le lieu. Si l’ambiance est à considérer, faites-le. Quelque part, c’est assez proche de « faire l’amour » sans utiliser son corps. C’est bien pour cela que je parlais d’intimité relationnelle. 

Profitez de la richesse acquise par les 10 questions sur votre conjoint auxquelles vous devriez répondre sans aucune hésitation  

Grâce à ses 10 questions sur votre conjoint auxquelles vous devriez répondre sans aucune hésitation, votre couple deviendra plus solide. Encore une fois, il ne s’agit pas d’un examen. Ce sont des aides qui favoriseront la stabilité, l’intimité et l’intensité de votre relation. Vous verrez votre couple se rapprocher et fonctionner avec des rouages mieux huilés. Au moment des conflits, utiliser les réponses collectées dans une ou plusieurs de ces 10 questions est tout à fait approprié. Vous en sortirez plus facilement et, sans doute, plus enrichi(e)s. 

Pour commencez…

…tentez de répondre à ces 10 questions sans consulter votre conjoint. Jouez le jeu de chercher à écrire ce que vous savez de lui ou d’elle. Ecrivez vos réponses sur plusieurs jours en laissant suffisamment de place sous vos réponses pour venir les compléter au fur et à mesure. Et au bout de quelques jours, posez les 10 questions à votre conjoint. Evidemment, vous pouvez avoir fait ce jeu en parallèle, tous/toutes les deux. C’est encore plus sympa. 

Quand vous passerez à la mise en commun, prenez des notes et gardez les en lieu sûr pour les relire de temps en temps. Le mieux est de tout faire pour en retenir le plus possible sans avoir recours à vos notes. Vous savez bien que l’amour appelle à s’investir. Apprendre ces 10 réponses par coeur est une manière de s’investir.

Alors, jouez le jeu. Profitez-en, enrichissez-vous, fortifiez-vous et connaissez pas coeur les 10 questions sur votre conjoint auxquelles vous devriez répondre sans aucune hésitation.

Crédit photo : Image par adamkontor de Pixabay

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.