Le risque de la colère qui casse

Comment vivre sa colère sans qu’elle ne produise des dégâts ?

Nous savons tous que la colère fait parfois des dégâts. Mais je dis bien « parfois ». Les dégâts de la colères se voient à l’extérieur mais ceux qui sont causés à l’intérieur ne se voient pas ! Et pendant le confinement, certains se retiennent, pour limiter le risque de clash. Ils évitent les dégâts extérieurs (et nous pouvons les en remercier) mais ils subissent les dégâts intérieurs (et c’est bien dommage) ! C’est tout l’intérêt de cette capsule.

Limiter les dégâts 

D’abord, merci encore de veiller à vous retenir, parce que, en général, l’intention est louable. Entendez que, si vous vous sentez concerné, votre effort est bénéfique. Toutefois, il est nécessaire que vous ne vous consumiez pas pour le bonheur de votre conjoint ou de votre famille. Votre amour pour eux n’exclut pas votre amour pour vous-même. Alors, s’il vous plait, aimez-vous et donc, exprimez-vous. 

Des chemins de colère

Je vous propose quelques pistes mais je sais que vous saurez faire preuve de créativité pour en trouver d’autres. 

D’abord, entendez que la colère nécessite une action. Par conséquent, à chaque montée de colère, passez à l’action. Vous pouvez choisir de : 

  1. Partir courir jusqu’à épuisement avant de rentrer prendre une douche (attention, une heure maximum, a demandé le gouvernement)
  2. Sortir dans un endroit isolé et parler à voix haute, on vous prendra peut-être pour un fou mais peut importe. Mieux vaut cela que de faire mal à votre famille ou de vous faire du mal à vous-même
  3. Aller dans votre chambre, planter votre tête dans un oreiller bien doux et crier aussi longtemps que vous en aurez besoin. Vous pouvez pleurer, aussi. Pensez à prévenir vos proches. 
  4. Aller sous la douche ou dans un bain comme si vous alliez au spa. Le projet étant donc de prendre du bon temps pour vous.
  5. Prendre de quoi écrire et coucher sur du papier tout ce que vous ressentez, suivi de ce que vous aimeriez qui soit différent. Ecrivez jusqu’à épuisement de vos pensées. 
  6. Visualiser votre colère les yeux fermés, assis confortablement quelque part. Mettez-y une couleur, une forme. Et en respirant lentement et profondément, amenez votre forme à changer de forme ou votre couleur à devenir une autre couleur, celle que vous voulez qu’elle soit.

Je vous souhaite de belles colères exprimées

A demain. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.