Une façon d’éviter les fissures et les crevasses conjugales

« Si voulez changer, informez votre conjoint » est une émission importante puisqu’il s’agit d’évoquer la notion de changement au sein du couple. Nous oublions qu’elle est inhérente à notre nature humaine. Nous l’oublions au point qu’il arrive que, dans un couple, l’un décide de changer dans son coin. L’autre conjoint découvre alors les changements en cours de route ! À cela, je dis « non, surtout pas ! ». Si vous voulez changer, informez votre conjoint. 

Parlez de votre décision parce que c’est une situation tellement désagréable de se retrouver à subir un changement dont on n’a pas été informé.

Imaginez que vous arriviez chez vous et que votre salon ait été ré-agencé. Il est tout à fait envisageable que votre conjoint ait tapé dans le mille en faisant les choix qui vous plaisaient. Malgré tout, la plupart du temps, on aime en parler, travailler ensemble et qui plus est dans une conjugalité. C’est le lieu idéal pour travailler ensemble puisque l’on est conjugués l’un à l’autre (conjugaison) dans cette notion de conjugaison, le changement produit l’un induit des changements chez l’autre qui s’accorde ou se désaccorde.

Quand vous voulez changer, ce que je trouve génial et, qu’on le veuille ou non arrivera, je vous encourage, je vous supplie, je vous somme… de parler de votre projet à votre conjoint.

J’ai noté six clés pour vous motiver à enclencher la démarche consistant à parler de vos projets de changement, aussi minimes soient-ils, à votre conjoint.

1. Prendre encore plus conscience de sa propre volonté

Quand vous présentez un projet ou une idée à un copain, à un ami ou à toute autre personne qui se trouve disposée à vous écouter, vous prenez davantage conscience de ce que vous voulez faire. Vous prenez encore plus conscience des risques, des points positifs, de la portée de votre projet. C’est tout à fait pertinent dans le domaine du changement.

Cette phase de partage est tout à fait bénéfique pour vous-même.

En général, il est très rare que l’on évoque un changement important sans en parler à un ami ou à une amie. Or, dans l’émission précédente, j’ai évoqué l’intérêt d’avoir son conjoint comme confident ou comme meilleur ami. En pleine cohérence avec cette idée, confiez-vous à votre conjoint.

Avant même d’arriver à entendre votre conjoint sur votre sujet, cela vous permet de commencer à changer, à mûrir, à toucher du doigt la portée et le sens, la direction, et les raisons pour lesquelles vous voulez changer. Vous avancerez vous-même déjà en le verbalisant.

2. Entendre l’autre sur votre volonté de changement

La démarche consistant à entendre votre conjoint sur votre choix de changement n’a pas pour but de recevoir l’autorisation de faire ce que vous envisagez de faire. Vous êtes adulte et, par conséquent, vous pouvez prendre vos décisions (en étant conscient que cela impactera aussi le couple), mais sans avoir à attendre que votre conjoint soit d’accord avec vous. 

Je sais que c’est une situation loin d’être évidente dans certains couples, mais je le mets en avant : Vous pouvez ne pas être d’accord avec votre conjoint sans pour autant que cela remette en question votre décision

Verbaliser votre projet de changement à votre conjoint (première clé) vous permet d’entendre ce dernier dans cette deuxième étape pour : 

  • Entendre ce avec quoi il est à l’aise, 
  • Entendre également son inconfort 
  • Profiter de son regard, 
  • S’enrichir de ses questions, 
  • Entendre de ses doutes, 
  • Écouter ses préoccupations,
  • Profiter de ses idées, 
  • Recevoir des pistes magnifiques auxquelles vous n’aviez pas pensé,
  • Jouir de son aide potentiel, 
  • Utiliser des ressources auxquelles il a pensé et qui vous avaient échappé, 
  • Prendre conscience de certaines failles que vous n’aviez pas vues 
  • Faire en sorte que vous choisissiez, vous-même d’adapter votre décision en jouissant de l’enrichissement relatif à l’entendre de votre conjoint sur ce que vous lui avez partagé. 

À ce stade, en partageant votre projet avec votre conjoint, vous vous enrichissez vous-même et vous enrichissez en entendant votre conjoint en incluant son inconfort, son désaccord, son déplaisir, etc. Grâce à ce processus, vous apprendrez à vous connaître et, par conséquent à être un,  l’un avec l’autre. 

3. Être supporté par l’autre

À cette étape-là, vous ouvrez la porte pour permettre à votre conjoint de vous supporter (dans le sens d’être votre support). Il est difficile d’être le supporter de son conjoint quand il est engagé dans un changement dont n’est pas informé. On a l’impression que le toit nous tombe sur la tête, que quelque chose de bizarre se produit dans le couple qu’il est difficile de comprendre. 

Du coup, à partir du moment où vous avez transmis l’information à votre conjoint, il peut devenir un supporter. C’est valable également dans l’autre sens. Si votre conjoint vous dit qu’il veut changer, je vous encourage vivement à être un supporter auprès de lui après avoir vécu le temps d’écoute et de questions évoqué dans les points 1 et 2. Engagez-vous à être à supporter. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   Voies conjugales sans issue

Cela peut être formulé de la manière suivante, même si vous n’êtes pas d’accord avec le projet. Voici un exemple : « j’ai une certaine difficulté à épouser ton désir de changement et je voudrais que tu saches que je suis désireux d’être à tes côtés, à te soutenir, à t’encourager dans la direction que tu veux prendre ».

Vous n’êtes pas obligé d’être d’accord. Cela dit, ne vous y trompez pas. Dans la présente démarche, vous ne supportez pas le projet ni l’envie de changement de votre conjoint. En réalité, c’est votre conjoint lui-même que vous supportez. Et cela n’a pas de prix ! En voyant les choses ainsi, cela supplante toute velléité de projet. Mettez le projet sur un second plan, le considérant comme une situation annexe, de manière à focaliser votre attention sur votre conjoint pour être un supporter de ce dernier. 

4. Confier ses doutes, difficultés, frustration à quelqu’un

Quand vous avez envie de changer, confiez à votre conjoint vos propres doutes, vos difficultés et votre frustration. Indéniablement, vous pouvez vivre cette étape si vous avez évoqué avec votre conjoint votre projet de changement. Évidemment, s’il n’est pas au courant, vous ne pourrez pas lui confier vos doutes, vos difficultés, vos frustrations. 

J’ajoute que vous ne l’aurez pas comme supporter ! Vous ne pourrez donc pas lui exprimer vos frustrations. Vous ne pourrez le faire qu’avec une personne qui ayant été mise au courant de votre projet, de votre intention de changement et qui, par conséquent, pourra accueillir vos doutes, vos difficultés et manifester ses questions qui viendront sans aucun doute atténuer certains doutes, émousser aussi certaines difficultés, peut-être même les amplifier et vous aider, ainsi, à réajuster le degré de changement de votre projet.

Ce quatrième avantage est enraciné dans la nécessité d’avoir partagé avec votre conjoint votre désir de changement. Vous pourrez lui partager les étapes, les évolutions, votre manière de vivre les phases de votre changement après que vous aurez pris le temps d’échanger et de partager. Ainsi, vous serez en mesure d’entendre ce qu’il pense de votre désir de changement comme de votre manière de vivre ce dernier.

5. Lui donner l’occasion de prendre la température

Cette cinquième clé ouvre une opportunité pour votre conjoint. A ce stade, il peut être incité à prendre l’initiative de prendre des nouvelles de votre évolution de changement. Il pourrait venir vous dire « alors, comment vis-tu ton changement ? Où en es-tu ? Es-tu satisfait ? Te sens-tu épanouie ? Te sens-tu frustré ou déçu ? Voudrais-tu aller plus vite ou as-tu l’impression que cela va déjà très vite ? Etc.».

Toutes ces prises de température seront possibles uniquement si la volonté de changement a été verbalisée en amont. Ce n’est possible que si vous avez pris votre conjoint comme un con–joint, un collaborateur dans votre projet.

6. Mieux vivre le changement à deux qu’en solo

Vivre un changement en solo est généralement plus difficile que de le vivre en équipe. J’en veux pour preuve des techniques de réels changements en addictologie à l’alcool ou au tabac. Il est vraiment plus difficile de se sevrer de l’alcool ou du tabac seul dans son coin. Certaines personnes y arrivent et c’est tant mieux. Vous pouvez opérer des changements en solo dans votre couple sans que votre conjoint soit au courant. Il est même possible que ces derniers soient bien vécus, d’ailleurs. 

Seulement, vous savez que si vous partagez votre projet de changement, n’étant plus seul engagé, vous pourrez mieux vivre  les étapes de votre changement grâce aux clés que j’ai précédemment mentionnées en clés n°1 à 5 !

Utilisez les clés que je viens de vous donner pour faire en sorte que votre relation conjugale soit enrichie à chaque moment où naît l’envie d’un changement, car, bien entendu, les occasions de changement se présenteront. Vous aurez l’opportunité de voir au sujet de vos enfants, de votre travail, de votre alimentation, de votre style de vie, de votre lieu de vacances,… vous aurez à engager des changements. 

Prendre le temps de partager, d’échanger, etc., vous donnera des bénéfices considérables.

Entendre l’autre, être supporté par lui, pouvoir partager vos difficultés, vos frustrations et lui donner l’occasion de prendre la température vous permettra de mieux vivre votre propre changement.

N’attendez pas l’accord de votre conjoint

Attention ! Comme je l’ai déjà évoqué, n’attendez pas que votre conjoint soit d’accord pour enclencher un changement. 

Vous avez le désir de changer, engagez-vous -y même si votre conjoint n’est pas d’accord sauf si vous êtes conscient d’aller à l’encontre de ses valeurs ou des valeurs conjugales. Dans ce cas, vous saurez toucher à la structure même de votre conjugalité. Il s’agirait d’une atteinte à son équilibre.

Et, à la rigueur, si cela touchait à des valeurs de votre couple, cela engagerait encore plus l’importance de vivre les six clés que je viens d’énoncer en déposant le projet de changement sur la table conjugale. Ce faisant, vous prendrez conscience que vous participerez à changer une partie de l’identité de votre couple pour le conduire dans une direction vers laquelle il sera plus heureux. 

Photo de Raquel Costa provenant de Pexels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.