Les études sur la fréquence des rapports peuvent-elles servir à votre couple ? 

Je suis ravi de vous retrouver aujourd’hui pour ce nouveau podcast sur la sexualité. Ça fait longtemps que je n’en ai pas fait. Alors la question sur la bonne fréquence pour des rapports sexuels tombe à point nommé. 

Cette question est formulée de plusieurs manières. Je vous en soumets quelques-unes :

  • Quel est le rythme normal pour faire l’amour ?
  • Y a-t-il une fréquence, un nombre de rapports sexuels recommandé ?
  • Quand a-t-on suffisamment de rapports sexuels en couple ?
  • Combien de fois fait-on l’amour après XX ans (je ne donne pas d’âge pour augmenter l’anonymat) ?
  • Est-ce que nous faisons assez souvent l’amour si nous avons une fréquence de deux fois par semaine ?
  • Combien faut-il de rapports sexuels par mois pour être heureux ?
  • Quelle est la fréquence idéale pour des rapports sexuels ?

Une émission comme celle-là s’imposait, au regard des questions. 

Visionner la vidéo de ce podcast :

Pourquoi chercher à connaître la réponse à la bonne fréquence des rapports sexuels ?

Dans quel but cette question se pose-t-elle ? Pourquoi vous arrive-t-il, si c’est votre cas ou, si ce n’est pas votre préoccupation, pourquoi certains couples se la posent ?

Dans notre société, nous aimons beaucoup faire des tableaux, des recherches, des statistiques, les analyses et définir des moyennes comme nous le voyons, par exemple, sur le moral des Français, statistiques qui reviennent annuellement. J’avais déjà fait allusion à ce genre d’études sur un autre blog. 

On aime étaler les résultats des études sur le moral des Français qui ressentent ceci et cela. On a échantillonné 1000 personnes en leur posant quelques questions et l’interprétation conduit à des conclusions. 

En ce qui concerne la fréquence des rapports sexuels, c’est pareil. Les questionnaires sont faits sur un échantillonnage de 1000 personnes au moins pour déterminer la fréquence des rapports sexuels. On détermine ensuite à partir de quelle fréquence un couple serait heureux, à partir de l’expérience exprimée d’un millier d’entre eux. Pour finir, on estime la fréquence estimée normale pour un couple, en moyenne.

Les sondages disent-ils la vérité ? Si oui, laquelle ? 

J’ai constaté que lors de sondages effectués sur des personnes qui achètent ou lisent des magazines people, on s’est rendu compte qu’en croisant le nombre de personnes qui disent acheter et lire des magazines people et les chiffres des ventes, il y avait un écart considérable. Comment l’expliquer ?  Il serait dû au fait que les sondés ne disent pas toujours la vérité. Ils ne voient aucun intérêt à dire la vérité sur leur lecture des magazines people compte tenu de l’image qu’ils ont l’impression que cela donnerait d’eux-mêmes.

« Si nous additionnons l’ensemble des audiences des neuf titres choisis, nous atteignons près de 21 349 000 lecteurs et si nous ne nous intéressons qu’à quatre d’entre eux, Closer, Oops!, Public, Voici, ces derniers représentent environ la moitié soit près de 11,5 millions de lecteurs. À titre de comparaison, les revues hebdomadaires telles que Télérama ont rassemblé sur la même période 2 429 000 lecteurs, L’Express 2 076 000, Le Point 1 826 000, Elle 2 017 000 et Femme actuelle 4 995 000. »

Tiré de «La presse people dans les bibliothèques municipales», de Mathilde PEYROU, Mémoire  effectué sous la direction de Denis MERKLEN, Professeur des Universités en sociologie, Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3.

La fréquence des rapports sexuels des sondés est-elle véridique ou inconsciemment normée ?

Ma question est la même pour la fréquence des rapports sexuels. Quand on interroge quelqu’un sur la fréquence des rapports sexuels, est-ce que sa réponse révèle ce que la personne estime comme étant la bonne réponse à donner ou est-ce vraiment une conviction profonde, ou encore, l’expérience de son propre vécu ? 

Autre question, est-ce parce que dans sa conviction profonde conjugale, la fréquence est de tant de rapports par mois, cela deviendrait la fréquence souhaitable pour les autres couples ? En fait, même si j’entends la pertinence de la question (si elle se pose, c’est qu’il y a une quête de réponse), je m’interroge afin de savoir pourquoi sommes-nous en quête de réponse sur la fréquence des rapports sexuels ? 

Les limites de la norme

Si on vous disait que la fréquence idéale pour un couple heureux était de dix rapports par semaine, décidez-vous d’avoir ces dix rapports par semaine pour être un couple heureux ? Ou si l’on vous disait que la fréquence idéale était d’un rapport par semaine, alors que votre fréquence naturelle est de quatre ou cinq, freineriez-vous votre fréquence pour être un couple heureux en vous mettant à l’étalon de ceux qui vivent un rapport par semaine pour être heureux ? Non, je ne pense pas.

Choisissez votre propre norme

Par conséquent, je pense qu’il est préférable de déchirer ce genre d’études et de vous concentrer sur vous. Cessez d’attendre un élément extérieur à votre couple qui serait catapulté ou donné par un expert, aussi célèbre soit-il. Retrouvez-vous ensemble, dans votre couple, face à vos propres besoins. Faites face à vos propres désirs, à vos propres envies sans considérations extérieures en relation avec ces derniers.

Un co-étalonnage à vivre à deux, de l’intérieur

Pour vous, quelle est la fréquence à laquelle vous vous retrouvez dans votre rapport sexuel ? Et puis, quelle est la fréquence pour votre conjoint ? Parce que vous ne faites pas l’amour tout seul, enfin, j’espère ! Cela signifie que s’il vous faut deux rapports par semaine pour vous sentir bien, épanoui et heureux, et que votre conjoint aurait besoin de cinq rapports, comment travailleriez-vous cette réalité ? 

Nous touchons là à une considération essentielle dans la réalité inhérente à la vie conjugale. Parce que si l’on vous assène qu’il vous faut trois rapports par semaine alors que l’un de vous deux en veut un par semaine et que l’autre en attend un par mois, comment ferez-vous ? Vous pencherez-vous sur des études pour augmenter et faire infléchir votre partenaire ? Imposerez-vous des rapports à l’autre pour être un couple heureux ? Surtout pas ! Donc, que ferez-vous ? C’est véritablement à l’intérieur du couple que cette fréquence des rapports importe d’être travaillée, pas depuis l’extérieur.

Êtes-vous satisfait de vos rapports sexuels ?

Maintenant que nous avons commencé à répondre à la question de la fréquence, je voudrais que l’on se centre sur une question de fond. Êtes-vous satisfait de vos rapports sexuels ? Parce que bien entendu, si vous avez 3,4 ou 5 rapports sexuels par semaine pour répondre à une demande correspondant à la moyenne, parce que c’est écrit dans une étude réalisée d’un telle université américaine, vous vous rendez compte que votre choix de fréquence correspond à une réalité extérieure dans le but de cocher des cases. Vous êtes en mesure, en même temps de voir si cela correspond à votre besoin. 

Si vous avez l’impression que ça sonne creux, que c’est vide, que c’est du cul ou du sexe, quel dommage. Si votre besoin profond est de l’amour et que vous n’êtes pas satisfait, c’est un problème. Par contre, si vous voulez du sexe et que la fréquence des rapports vous convient, très bien. Si vous vouliez autre chose, que vous vouliez vous centrer sur la qualité, le sens et la profondeur des rapports, que ce soit du sexe ou un rapport profond riche de sens, centrez-vous, non plus sur la fréquence, mais sur le sens de ce que vous voulez vivre. 

Pensez à vous, pensez à votre épanouissement personnel et respectif. Cela signifie que vous centrerez votre attention sur chacun des membres du couple plus le couple. Il y a trois épanouissements en jeu, dans cette dynamique. Travailler dans cette focalisation en mettant de côté les statistiques et on vous aimant grâce à votre capacité à vous mettre à l’écoute de vous-même. Cherchez à savoir qui vous êtes profondément, intensément pour faire l’amour.

Alors, fréquence libre, amour libre et adapté = bonheur assuré.

À bientôt, 

Photo de cottonbro provenant de PexelsCopier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.