https://youtu.be/oxrmWk1VvfI

Aujourd’hui je veux revenir vers quelque chose que vous aviez l’habitude de vivre en couple qui est l’émerveillement. Quand vous étiez gamin, vous passiez tous les jours un moment, au moins (mais bien souvent plusieurs moments) à vous émerveiller. Est-ce que vous continuez à vous émerveiller ? Souvenez-vous que la tendresse ouvre aux chemins de l’émerveillement.

Continuez à vous émerveiller

S’il vous plaît, je vous en supplie, continuez à vous émerveiller. Réapprenez à vous émerveiller. 

Qu’est-ce que l’émerveillement ?

Vous pourriez dire « oui, je veux bien être dans l’émerveillement, mais qu’est-ce que c’est ? À quoi ça ressemble ? Comment ça fonctionne ? »

L’émerveillement, et la capacité à jouir instantanément de ce qui se produit. C’est une aptitude à   trouver du plaisir maintenant, au présent. Cela signifie qu’il y a une forme de sous science de ce qui s’est passé hier ou dans les instants qui précèdent. C’est la capacité à se planter là, en oubliant tout ce qui existe autour parce que la tension est forte. Est-ce que vous avez encore cette capacité à vous émerveiller ?

L’émerveillement est un choix de fonctionnement

Vous vous souvenez quand votre enfant venait (si vous avez des enfants) et qu’il vous montrait son dessin ? Vous disiez « Oh, qu’est-ce qu’il est beau ! » Votre vécu était sans connexion avec ce qui se vivait autour. Son dessin devenait le centre de votre attention. J’ai pris l’exemple d’un dessin, mais il peut s’agir de toute autre chose.

En général, au début de la relation conjugale on s’émerveille naturellement puisque l’on découvre l’autre. Finalement, l’émerveillement consiste à s’installer dans une posture de découverte permanente dans laquelle on va continuer à s’imposer de ne pas considérer comme étant acquis ce qui vient et qui nous est offert. On est là, dans une ouverture vers l’émerveillement.

Pour vous émerveiller, éduquez vos regards 

Prenons un cas concret. Votre conjoint vous a préparé une jolie table ou un bon repas. On peut aussi imaginer qu’il a changé la décoration du salon. Vous serez donc de ceux qui le remarqueront. Ça passera par un « Oh ! » en disant vraiment ce que vous pensez. Vous ne serez pas inscrit dans le camp des bigleux, ceux qui n’auront rien vu. Une chose très fréquente est de ne pas remarquer quand madame est allée chez le coiffeur. Ne passez pas à côté de l’opportunité de lui signifier que vous l’avez vu. Ce peut-être le cas si votre homme a fait du sport et qu’il a perdu un peu de ventre. Soyez en mesure de le repérer. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :   La tendresse c'est l'anti-vitesse

Redevenez curieux de l’autre

L’émerveillement implique de centrer son attention sur l’autre ; sur ce qu’il fait, ce qui ne fait pas, sur ce qu’il dit ou ne dit pas pour repérer ce qui est nouveau. Cela crée des opportunités pour identifier les pas nouveaux. Entrez dans cette dynamique d’émerveillement.

Je vous conseille le podcast : La tendresse écoute la différence

Une chose que j’aime faire, pour m’émerveiller, est de considérer que mon conjoint reste mon privilège. J’estime qu’elle n’est pas ma femme, ma possession (comme je l’ai dit il y a quelques jours dans le cadre de ce mois de la tendresse).

émerveillement

Par conséquent, quand elle me prend dans ses bras, qu’elle me regarde avec une tendresse particulière, que l’on fait l’amour, je le considère comme une grâce, un privilège. Je l’accueille comme si c’était vraiment un cadeau, un nouveau cadeau qui me permet de me dire « waouh, je suis son mari, et c’est à moi qu’elle offre ça. » Elle pourrait l’offrir à quelqu’un d’autre, même si je suis son mari. Elle a choisi de me l’offrir à moi, d’être celle qu’elle est pour moi. J’ai donc choisi cet angle de vision de mon vécu pour continuer à nourrir l’émerveillement jour après jour.

C’est valable également dans l’autre sens quand je l’entends dire « je me rends compte que, jour après jour, je suis une femme qui est la chance de ceci et de cela. Je me sens privilégiée parce que ceci et cela… ». Nous sommes dans cet émerveillement mutuel.

Installez-vous dans l’émerveillement pour n’en plus bouger

Restez dans cette dynamique de l’émerveillement parce que c’est un moyen de vous rapprocher, de vous regarder dans les yeux avec une profondeur intense et de prendre la mesure du privilège que vous avez d’être aimé. Du privilège que vous avez d’aimer, aussi. Et j’ajoute, du privilège que vous avez d’être là, l’un avec l’autre et l’un pour l’autre. D’être dans ces « épousailles ».

Marié ou pas, je ne regarde pas cela sous un angle juridique. Ce que j’aime dans le verbe épouser. Il signifie que l’on va adapter sa forme pour que l’autre soit au plus près de nous et que nous soyons également au plus près de lui. Épousez-vous, dans l’émerveillement.

Belle journée

Image par Bob Dmyt de Pixabay, Andrea Piacquadio provenant de Pexels

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.