J’ai blessé mon conjoint et il veut me quitter – 3/4

Mettre des mots sur les maux

Je suis content de vous retrouver aujourd’hui pour cette nouvelle émission qui est la suite des deux précédentes. Je vous ai déjà donné des clés si vous avez blessé profondément votre conjoint. Et pour cela, je me suis basé sur l’expérience de l’homme avec lequel j’ai échangé il y a quelques semaines. Il disait qu’il était tellement en colère qu’il avait blessé sa femme très profondément. C’était tellement grave, aux yeux de sa femme, qu’elle avait commencé les démarches de séparation. En disant « J’ai blessé mon conjoint et il veut me quitter », il lançait un appel à l’aide.

Petit rappel de grandes étapes

Dans l’avant-dernière émission, je vous ai donné des éléments pour faire face à une relation de couple qui partait en éclats. La semaine dernière je vous ai donné des éléments supplémentaires et je voudrais continuer aujourd’hui. 

Souvenez-vous que l’on a commencé part travailler sur le fondement du couple. J’ai vraiment insisté pour que vous vous appuyez là-dessus parce que c’est une des clés de la réussite du couple. Je le rappelle rapidement : 

I. Apprendre à connaître votre conjoint. Que vous sachiez vraiment ce qui, pour votre conjoint, est inacceptable. Ce sera le meilleur moyen de ne pas avoir à y mettre les pieds en faisant des choix qui pourraient briser votre couple. Prenez du temps pour apprendre à vous connaître pour vous assurer que vous ne ferez pas de choix qui pourraient blesser votre conjoint de manière à lui donner envie de faire ses bagages.

J'ai blessé mon conjoint et il veut me quitter en couverture

Et les étapes que je vous ai proposées ensuite étaient :

II. Reconnaître la blessure et l’action qui a provoqué la blessure

III. Vous mettre à l’écoute pour entendre la souffrance que votre conjoint dit avoir vécue, ce qu’il a baissé considérablement.

Quand vous avez blessé votre conjoint, demander pardon est un point culminant à atteindre

IV. Demander pardon. Pas de présenter vos excuses, mais vraiment de demander pardon. Ce qui n’est, pour moi, pas du tout la même chose. Je vous ai d’ailleurs encouragé, la semaine dernière, à faire votre propre démarche pour avoir votre propre opinion sur la différence entre présenter ses excuses et demander pardon. J’espère que vous avez pris parti, maintenant.

J’expliquais que, pour moi, le pardon est vraiment une chose gratuite qui n’a pas pour intention de racheter, de récupérer quoi que ce soit. Celaveut dire que la démarche ne consiste pas à vouloir que votre conjoint reste, quand vous demandez pardon. Du coup, votre conjoint restera libre de ses choix tout en bénéficiant, malgré tout, de votre demande de pardon.

Surtout, je vous demande de ne pas aller faire suivre votre demande de pardon d’un « mais ». Qui pourrait ressembler à : « je te demande pardon, mais tu comprends que… ». Partez du principe que c’est votre responsabilité que vous avez reconnu et que vous condamnez. 

Si vous avez besoin de réécouter l’émission de la semaine dernière pour clarifier ce point-là, je vous invite à le faire. Ce sera un bon moyen d’éviter de retourner le couteau dans la plaie.

Rebâtir une relation à deux en revoyant les bases

Après avoir vécu l’étape du pardon, il y a une étape qui s’ouvre naturellement à vous. Vous remettre à l’écoute pour que votre conjoint vous dise comment il envisage l’avenir et pourquoi il l’envisage comme ça. 

Poser cette question. Vous pouvez craindre, qu’en la posant, vous tendiez une perche qu’il pourrait saisir pour vous dire qu’il veut vous quitter. Si c’est le cas, mettez votre peur quelque part, loin de vous pour avancer sans elle, sereinement. Dépassez votre peur. Dans ces cas-là, comme dans de nombreux autres situations, la peur n’est pas bonne conseillère. Mieux vaut faire cette démarche pour donner à votre conjoint l’opportunité de mettre des mots sur des maux

Faites la différence entre demander pardon et présenter des excuses

Mettre des mots sur les maux

Quand on entre dans cette démarche de mettre des mots sur des maux, la souffrance a tendance à s’atténuer, à diminuer voire, à se déliter. Demandez donc à votre conjoint comment il envisage l’avenir. Que ce soit un avenir en couple ou un avenir singulier, sans plus envisager le couple. Donnez-lui de s’exprimer pour qu’il vous dise comment il vit la situation et comment il se voit la vivre. Soyez attentif/ve pour comprendre pourquoi il veut vivre les choses comme il vous l’exprimera.

Si certaines choses ne vous paraissent pas claires dans ce que vous dit votre conjoint, vous aurez une tendance naturelle à projeter vos propres peurs sur ce que vous entendrez, notamment ;  “J’ai blessé mon conjoint et il veut me quitter ” !

Si votre conjoint vous dit, par exemple, qu’il veut prendre du recul, évitez d’en conclure qu’il veut  vous quitter. Dans ce cas, vous aurez tendance à aller dans une direction qui ferait tout pour le récupérer. Cherchez plutôt à comprendre et à entendre ce qu’il veut vous dire. Pour cela, posez des questions. « Quand tu parles de prendre du recul, comment tu le vois ? Est-ce que tu ressens le besoin de t’isoler pour penser ? Est-ce que tu ressens le besoin d’une distance physique entre nous pendant un temps ? Dis-moi… ». Tendez des perches pour qu’il/elle vous exprime sa manière de se projeter dans sa prise de recul.

Mettez-vous à l’écoute, gratuitement. Rappelez-vous que vous ne prenez aucun risque. Vous n’avez que des avantages, tout comme votre conjoint n’aura que des avantages, à exprimer sa manière de voir et de se projeter sur un avenir solitaire ou commun. Remplacer la pensée ” J’ai blessé mon conjoint et il veut me quitter” par “Je veux écouter mon conjoint, car il en a besoin

Ecouter du fond du coeur

Mettez-vous à son écoute pour permettre à votre conjoint de réfléchir à haute voix, grâce à votre démarche d’écoute. Vous vous êtes rendu(e) compte, vous-même, que lorsque vous avez une idée ou un projet et que vous en parlez à des copains ou des copines, vous avancez au fur et à mesure que vous exprimez votre idée. Quelque part, vous révélez à vous-même des éléments de votre projet, de votre idée à laquelle vous n’aviez pas pensé avant d’en parler. Ce sera exactement le même phénomène pour votre conjoint. C’est tout l’intérêt de lui demander comment il envisage la suite et les changements qu’il voit nécessaires de mettre en place. Quitte à l’inviter à vous dire comment il/elle se voit dans un an, dans trois ans dans cinq ans. Cherchez à comprendre son besoin, là, maintenant. « Peut-être qu’il y a des choses que tu attends de moi, là, maintenant, au présent et qui pourraient t’aider dans ta démarche. Est-ce que tu penses que nous aurions besoin de faire appel à une aide extérieure pour notre couple ?… »

Privilégier la force des questions ouvertes

Mettez-vous à l’écoute avec des questions ouvertes pour permettre à votre conjoint de s’exprimer en vous disant ce qu’il pense, ce qu’il ressent comme cela lui vient. Que tout ce qui est pénible puisse sortir de manière à permettre à votre couple d’envisager une éventuelle construction sur une base plus simple et enrichie par vos échanges.

Je vous rappelle les étapes de la méthode quand vous réalisez : « J’ai blessé mon conjoint » qu’il veuille ou non vous quitter, d’ailleurs :

I. Apprendre à connaître votre conjoint, un préalable qui limite le risque de blesser grièvement votre conjoint 

II. Reconnaître la blessure et l’action qui a provoqué la blessure

III. Vous mettre à l’écoute pour entendre la souffrance que votre conjoint dit avoir vécu, ce qu’il a blaissé considérablement.

IV. Demander pardon, ne pas présenter ses excuses

V. Vous remettre à l’écoute pour que votre conjoint vous dise comment il envisage l’avenir et pourquoi

Vivez cette méthode et donnez-moi des nouvelles sur l’impact qu’elle a eu dans votre couple. 

Je compte sur vous

À bientôt

Photo by Roselyn Tirado on Unsplash


Visionner l’émission sur Youtube

Avec l’interdiction de vous payez ma tête toute fraiche qui débute en vidéo 😉 Après tout, vous êtes libre. Sachez que je suis aussi preneur de conseils pour m’améliorer. MERCI d’avance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.